Le « compte personnel de prévention de la pénibilité », introduit dans la réforme Touraine des retraites de 2014, pourrait coûter entre 6,3 et 12,5 milliards d’euros à horizon 2060 lorsqu’il tournera à plein, estime l’institut patronal Coe-Rexecode dans une étude diffusée jeudi.

Cette incertitude inquiète les chefs d’entreprise. En effet, le compte pénibilité est censé être financé par une cotisation employeurs de 0,01 % s’imposant à toutes les entreprises, et une autre de 0,2 à 0,4 % prélevée sur les salaires bruts des salariés exposés. Hélas, ces cotisations ne rapporteraient que 270 millions, de quoi plonger dans le rouge les finances du compte dès 2025. LE FIGARO page 23, LES ECHOS page 5.