Appelant les Français à se faire vacciner le plus rapidement possible, le ministre de la Santé estime qu’«une course contre la montre se joue dans notre pays ». Il n’exclut pas une quatrième vague dès la fin juillet.

Les numéros un de la CFDT et du Medef, Laurent Berger et Geoffroy Roux de Bézieux, plaident en faveur d' »un sursaut » vaccinal.

  • Au début du mois de mai, alors que la France accusait encore du retard dans la campagne de vaccination, nous avions attiré l’attention de l’opinion sur la nécessité d’accélérer la vaccination des salariés dans les services de santé au travail.
  • Si aujourd’hui nous reprenons ensemble la parole, c’est pour faire encore bouger les lignes et pour appeler au sursaut.
  • La pandémie n’a pas disparu et le nombre de vaccinés ralentit, voire plafonne. S’il n’y a plus de pénurie, plus de problèmes d’acheminement, plus de critères d’éligibilité, on observe un certain relâchement chez nos concitoyens.
  • C’est pourquoi nous appelons solennellement les salariés qui ne sont pas protégés du virus à se faire vacciner sans tarder. C’est un acte d’engagement individuel tout autant qu’une démarche de responsabilité.
  • Nous sommes attachés à deux principes : le volontariat et le secret médical. Le premier peut toutefois connaître des exceptions pour les salariés au contact du public au nom de l’indispensable protection des autres.
  • A l’heure où beaucoup de salariés retrouvent le travail en présentiel, après des mois de confinement vécu pour certains comme un isolement, la vaccination est la seule manière de retrouver une vie normale, une vie sociale. Se protéger et protéger les autres, c’est la seule solution.
  • Nous avons en France la chance d’avoir des services de santé au travail en grand nombre et de bonne qualité. L’accord que nous avons signé fin 2020 permet d’ailleurs d’en améliorer l’efficacité et la performance. Saisissons cette chance.
  • Nous appelons tous les chefs d’entreprise à faire le maximum de pédagogie auprès de salariés pour les informer, et donc les rassurer, à faciliter la vaccination sur le temps de travail. Mais aussi les salariés à se renseigner sur les solutions de vaccination, à passer à l’acte et à prendre rendez-vous.
  • Que l’on soit dans un bureau, dans un atelier, en contact avec le public, des clients, la vaccination est la seule manière de retrouver le contact humain, l’échange, le partage, en somme de retrouver une forme de liberté à laquelle nous sommes attachés.
  • C’est ainsi que nous pourrons casser de plafond de verre qui pèse sur le pays tout entier. Le nombre de primo vaccinés ne progresse pas assez vite pour atteindre l’immunité collective et casser la progression du variant delta qui menace.
  • Le pays a payé un lourd tribut. La reprise économique, la relance de l’emploi ne pourront se faire qu’à la condition d’une vaccination massive de nos concitoyens. La solution est une affaire de volonté qui se trouve entre les mains de chacun d’entre nous.