Samuel Hervé, président du Medef 34, Joseph Calen (Pay Job), Stéphanie Urbaneja (SLMI)et Guillaume Péna (IntelliSciences). Photo VC.

Chaque entreprise, quel que soit son secteur, cherche à améliorer ses performances et sa productivité en s’appuyant sur le digital. Le Medef Montpellier, présidé par Samuel Hervé, invite le 4 décembre les dirigeants de SLMI (société languedocienne de matériel incendie, Baillargues) et Pay Job (recrutement et intérim dans les métiers de la paye, Saint-Clément-de-Rivière) à témoigner de leur démarche de digitalisation de leurs métiers. Au cœur de ses témoignages,leur prestataire, la société IntelliSciences (Boirargues), qui les a accompagnés dans leur parcours de digitalisation. « Nous gérons un parc de 70 000 extincteurs dans les régions Occitanie et Sud, et dans la vallée du Rhône. Nous avons choisi l’option d’un logiciel métier sur des tablettes sur lesquelles nos salariés réalisent et transmettent leur rapport de vérification au secrétariat. Ce procédé a permis un gain de temps aux secrétaires, un gain d’efficacité et une traçabilité des rapports »,explique Stéphanie Urbaneja, dirigeante de SLMI (Baillargues, CA : 2,6 M€, 30salariés).

Acceptabilité des salariés et croissance de CA
« La digitalisation n’a pas fait l’unanimité auprès des salariés les plus anciens, mais tous y sont venus peu à peu. Nous ne les avons pas brusqués. Ils se sont formés entre eux au fil du temps. Malgré la digitalisation, nous conservons une sortie papier des rapports», explique Patrick Urbaneja, fondateur de l’entreprise, qui a mis en place la digitalisation depuis 2012. Le cabinet de recrutement et agence d’intérim dédiés aux métiers de la paye Pay Job (Saint-Clément-de-Rivière)s’appuie sur les compétences d’IntelliSciences pour des envois groupés aux candidats pré-sélectionnés. Des CV ciblés sont aussi adressés à ses clients, et le site internet est devenu un outil de communication et de marketing… « Notre métier nécessite de la réactivité, le cabinet qui présente le premier un candidat l’emporte ! Grâce, entre autres (la digitalisation n’expliquant pas à elle seule la réussite d’une entreprise, NDLR) à cette digitalisation de notre métier, notre CA (8 M€) a augmenté de 30 % et nos effectifs sont passés de 12 en 2017 à 28 en 2018», explique Joseph Calen, qui a opté pour le télétravail.

 Accompagnement et financement
« Le travail d’IntelliScencesest de comprendre le métier de l’entreprise et de bâtir un outil digital qui colle aux tâches quotidiennes, ce qui facilite notamment l’acceptabilité des salariés », explique Guillaume Péna, dirigeant d’IntelliSciences (Boirargues, Lattes – 34). Côté financement, SLMI et Pay Jobont financé la digitalisation sur fonds propres. « La Région a mis en place un dispositif d’accompagnement des entreprises Pass Occitanie, qui peut prendre en charge 50% des dépenses de R&D, de consulting, de développement de logiciel… »,ajoute Samuel Hervé. 

Véronique Coll

Source LETTRE M