Pour rappel, selon la 1ère mesure de l’audience pour la représentativité patronale (avril 2017), le MEDEF représente 71 % des entreprises en nombre de salariés.

Au niveau local, votre MEDEF participe ainsi activement aux réunions du groupe de travail paritaire mis en place par la DIRECTTE 34. Lieu d’échanges entre les syndicats de salariés et les organisations patronales, le plan de travail de ce groupe prévoit en 2018 des échanges et des actions sur l’image et la représentation des syndicats dans les entreprises, sur les bonnes pratiques du dialogue social mais aussi sur les élections professionnelles dans un contexte de réforme où les cartes du dialogue social sont actuellement redistribuées.

Votre MEDEF participera également à l’observatoire d’analyse et d’appui au dialogue social instauré par l’article 9 de l’ordonnance « Macron » du 22/09/2017 et dont l’objet est prioritairement d’établir un bilan annuel du dialogue social dans le département. Cet observatoire pourra, selon l’ordonnance (le décret d’application est en attente) être saisi par les organisations syndicales et les organisations patronales de toute difficulté rencontrée dans le cadre d’une négociation. Si le MEDEF a émis des réserves sur les objectifs de ces observatoires, le MEDEF Montpellier joue la carte de la construction et du dialogue et y désignera des représentants. La volonté collective reste de renouveler les pratiques du dialogue social.

Enfin, votre MEDEF a désigné un représentant au sein de la CPRI (Commission Paritaire Régionale Interprofessionnelle relative au développement de l’emploi et du dialogue social dans les TPE). Outil de dialogue social et dispositif de représentation pour les entreprises de moins de 11 salariés, les CPRI sont actuellement mise en place. Le MEDEF y siège également avec vigilance et esprit de dialogue.

Pour info : selon la DIRECCTE 34, en 2017, sur 662 accords et textes issus de négociation collective dans l’Hérault, 35 % des négociations ont concerné des questions de rémunérations, 20% sur le temps de travail, 10% sur l’égalité professionnelle et 8% sur les frais de santé.